Le Paléo Festival confirme la venue de Kiss à Nyon pour l’édition 2022

Daniel Rossellat, patron du Paléo Festival. David Trotta © PLANS CULTES

Le festival dévoilait ce matin les têtes d’affiche qui fouleront le sol de Paléo l’an prochain. Il confirme notamment le légendaire groupe de hard rock dont le nom avait déjà fuité. Mais aussi la nette tendance électro-pop et rap francophone des dernières années.

David Trotta

Kiss à Paléo, c’est désormais un vrai oui. Alors que le festival se refusait à confirmer les New Yorkais, alors que l’info avait fuité sur le merchandising du groupe début 2020. Une chance, s’agissant d’une légende du rock, d’autant qu’une pandémie passée par là depuis aurait pu faire capoter le tout.

Une confirmation qui s’accompagnait mardi matin du dévoilement des têtes d’affiche pour l’édition 2022, soit près de la moitié de la programmation. Côté rock, à noter aussi la présence de Dropkick Murphys toujours en ouverture de festival et celle de Sting le mercredi.

Un pari

En conférence de presse, les organisateurs de Paléo ont aussi pu annoncer la présence du rappeur français OrelSan samedi 23 juillet, gros coup, peu après l’annonce du retour de Stromae à la scène, dont celle de Paléo. Confirmant aussi la tendance électro-pop et rap francophone du festival depuis un certain temps, avec aussi PNL, Angèle, Roméo Elvis, DJ Sknake ou Ninho. Un pari, voire une risque, puisqu’en 2019 déjà, avec une programmation largement installée dans ce registre, le festival ne faisait pas sold out d’entrée de jeu. Un épiphonème certes, mais auquel Paléo n’était plus habitué. Et qui lui valait des critiques quant à la nouvelle voie dans laquelle il semblait s’engouffrer.

Sans compter les incertitudes qui demeurent au regard du contexte sanitaire et des habitudes de consommation du public culturel, qui n’a pas encore retrouvé l’instinct des réservations loin à l’avance.

Les émotions du live

Pour les organisateurs, ce dévoilement des têtes d’affiche se voulait « un signal fort pour marquer notre confiance dans le futur », soulignait notamment Daniel Rossellat, patron de Paléo. Qui confiait aussi « le désir de tourner la page et mettre le cap sur juillet 2022 », une « hâte de vivre les émotions d’un concert » et le « retour au frisson collectif et au plaisir de la convivialité ».

Des propos qui font aussi largement écho au récent livre de Paléo, publié la semaine dernière, qui compile de nombreuses anecdotes des amoureux du festival, mais aussi des organisateurs. Des faits d’un jour parfois, comme l’idée de laisser sa veste sur le sol pour réserver sa place avant un concert et la retrouver au même endroit, un check manqué avec Jean-Louis Aubert, ou un festivalier retrouvant sa table au camping un an après sa disparition. Mais aussi l’envers d’un décor magique raconté depuis les coulisses, comme une bagarre générale évitée par un membre de la sécurité après le départ précipité de Oasis grâce à une bouteille de blanc, un chauffeur bénévole et dentiste de métier transportant une Véronique Sanson sujette à un furieux mal de dents, livre un programmateur, ou le responsable financier contraint d’apporter 50’000 francs en cash, demandés par James Brown peu avant le début du concert, pour des billets comptés un à un. Une publication richement illustrée et savamment mise en page que devraient apprécier la plupart des membres de la famille Paléo.

En relation :
– Kiss sera bien à Paléo
– I was made for loving you, Paléo !

Laisser un commentaire