Thurston Moore envoûtant d’une jeunesse toujours sonique

Thurston Moore Group – Rocking Chair Vevey. David Trotta © PLANS CULTES

La légende américaine du rock alternatif présentait son dernier album jeudi soir au Rocking Chair de Vevey, le temps d’un concert digne de sa réputation.

David Trotta

Ramener Thurston Moore à son plus célèbre projet, le légendaire Sonic Youth, sans qui les mouvements alternatifs de la fin des années 1980 n’auraient probablement pas éclos, pourrait s’avérer réducteur. Surtout que le groupe a cessé. Et que mercredi soir, à Vevey, c’était pour présenter son dernier album solo que Moore s’était déplacé.

C’est évidemment sans compter sur le fait que le post-teenager s’amuse lui-même à rappeler ses faits d’arts. Quand, au Rocking Chair, Thurston Moore foule les planches d’une salle qui déborde et s’arme de sa Fender. Et un petit détail qui attire l’œil, du côté de la sangle, floquée du nom du gang qu’il a formé en 1981, avant sa dissolution trente ans plus tard.

Et c’est dans la plus pure tradition Mooresque que le musicien a envoûté les lieux, suintant du rock qui se savoure, lentement, longtemps. Comme le public vaudois a déjà pu s’en abreuver. En 2014 au Pully For Noise par exemple. Avec « By the Fire », sorti en 2020 et pratiquement pas présenté en live, les sons sont une fois encore denses, les compositions riches, noisy, planantes et dissonantes à la fois. Rares sont les titres envoyés en moins de dix minutes. À l’image de Siren ou Hashish, délivrés en début de concert.

La mécanique est au point. Quatre musiciens, dont trois qui soutiennent avec brio les délires sonores d’un type un peu perché, d’une déconcertante simplicité. Une guitare, une chemise blanche froissée, des cheveux qui couvrent les yeux. Rien de plus. Et pourtant.

Et pourtant l’intensité grimpe toujours plus au fil du set, la chaleur augmente et la magie de Thurston Moore se déverse sur le RKC, qui se métamorphose quelques heures en une cave type clin d’œil aux clubs de New York, d’où le génie a émergé.

Entre délicatesse et rage, le plus souvent quand Thurston Moore écrase sa Metal Muff, le groupe ravive les souvenirs d’un temps pas si lointain où la musique n’avait, pour certains, aucun calibre. Pas de temps à respecter, pas d’oreilles à épargner, pas de messages galvaudés, pas de poudre aux yeux à envoyer. Juste des sons qui s’entremêlent, dont les notes s’égrènent et, le moment d’un concert, créent une atmosphère où il fait bon laisser son esprit s’évader. Pour mieux se rappeler la jeunesse que la vie nous fait parfois oublier.

En relation :
– Galerie photo // Thurston Moore Group · Rocking Chair Vevey

Laisser un commentaire