Dans l’ombre de la Lune

First Man © Universal Records

First Man plonge dans la vie de Neil Armstrong, premier homme à poser son pied sur la Lune. Un film fort et prenant, qui place les petites histoires, souvent dramatiques, au centre de la grande.

Au début des années 60, l’ingénieur et pilote Neil Armstrong met tout en œuvre pour intégrer les astronautes de la NASA. Il y parvient en 1962, même si certains le considèrent comme distrait. Brillant et discret, Armstrong se révèle aussi taciturne et distant, particulièrement envers sa femme et ses trois enfants. Des traits qui lui sont particulièrement attribués dans First Man, adapté de la biographie officielle consacrée à l’Américain.

Silence de mort
Le biopic, sorti fin octobre dans les salles, se focalise sur l’homme, bien plus que sur la légende. Il concentre neuf années partagées entre plans de carrière, vie de famille et drames à profusion. À commencer par celui de Karen, fille de Janet et Neil âgée d’à peine deux ans, qui le marque dans le plus profond de sa chaire. Mais aussi ceux de ses nombreux collègues et amis, pilotes ou astronautes, au cours de différentes missions.

Afin d’exposer les fêlures du père, incarné par Ryan Gosling, le réalisateur Damien Chazelle livre un film accentuant les lenteurs de la vie, malgré un contexte concurrentiel en mouvement perpétuel. Celui de la conquête de l’espace, guerre acharnée entre Américains et Soviétiques. Le public est ainsi le plus souvent invité chez l’astronaute, dans sa cuisine, son salon, sa chambre à coucher. Un dispositif des plus efficaces, qui met en perspective des réalités si opposées mais si proches à la fois. D’un côté la dureté du quotidien pour celui qui deviendra le premier homme à marcher sur la Lune. De l’autre le père qui manquera la compétition de natation de Mark, 10 ans, à l’été 1969.

Deux très belles heures à voir aussi la force d’une épouse et mère plongée dans l’ombre de la Lune, qui rêvait pourtant d’une vie tranquille. Qui a épousé Neil, parce qu’il semblait être le plus normal du campus. Une femme s’acharnant avec force et vigueur à répondre aux besoins de ses deux jeunes fils en manque d’un père, bien que physiquement présent. Une vie à essayer de faire parler un homme perdu dans l’espace, reclus dans son silence de mort.

David Trotta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :