Lucky Luke au service de la Liberté

« Un cow-boy à Paris » © Lucky Comics 2018

Pour sa nouvelle aventure, Lucky Luke raconte la Statue de la Liberté. Une belle façon de faire découvrir la grande et les petites histoires dans « Un cow-boy à Paris ».

D’emblée on retrouve un Lucky Luke que le public connaît bien. Sur son fidèle Jolly Jumper, le plus célèbre des garçons de vaches conduit les frères Dalton en prison. En chemin, il sauve un homme sur le point de se faire scalper. Et pas n’importe qui, puisqu’il s’agit d’Auguste Bartholdi, père de la Statue de la Liberté, que ce dernier tente de faire débarquer en Amérique. Pour la première fois au cours de sa longue carrière, Lucky Luke va devoir quitter son Far West et se rendre à… Paris !

La grande histoire
Un cow-boy à Paris narre les péripéties de la Statue de la Liberté avant son arrivée à New York. Et c’est bien là tout l’intérêt de ce nouvel album, signé Achdé (dessin) & Jul (scénario). Le grand projet des Français, cadeau diplomatique en vue d’affirmer les liens fraternels entre les deux nations, est rapidement mis à mal. Afin de lever des fonds pour la construction du socle de l’édifice, Bartholdi se lance dans un grand marathon de promotion à travers les États-Unis.

L’histoire est bien réelle. Celle de l’une des plus grandes campagnes de crowfunding au monde. À New York, difficile de convaincre de payer les 100’000 dollars pour la construction du socle. Ne pouvant se résoudre à laisser passer une telle opportunité, l’homme de presse Joseph Pulitzer lance alors un grand appel participatif et populaire dans les pages de son titre, le New York World. Pari réussi, encore faut-il faire arriver Liberty à bon port.

Les petites
Au cours de son périple, puisqu’il est mandaté pour accompagner Auguste Bartholdi jusqu’à Paris, Lucky Luke fera la rencontre de la France, sa culture et ses travers dépeints avec beaucoup d’humour. On le retrouvera ainsi avec Charles et Emma Bovary, Rimbaud et Verlaine, Victor Hugo ou encore Auguste Eiffel.

Coté références, elles sont distillées à souhait au fil des pages. Beaucoup sous forme de jeu de piste lancé par les auteurs lorsqu’ils évoquent directement ou de façon plus subtile Tintin, Astérix, Crocodile Dundee ou même 50 nuances de Grey.

Une nouvelle aventure des plus riches et intéressantes, à déguster plus vite que son ombre.

David Trotta

© Lucky Comics 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :