SO YOUNG

Le Canadien Neil Young publiait ce vendredi son trente-huitième album solo. Pas de neuf à l’horizon, bien au contraire. Hitchhicker est le résultat d’une session d’enregistrement qui remonte au 11 août 1976. Mais quel résultat !

Certes les aficionados reconnaîtront la grande majorité des 10 titres, puisque 8 d’entre eux ont été égrainés au fil de la longue discographie du “Loner”. Et pourtant l’album a de quoi ravir. Car l’esprit Young y est brut et intense comme rarement.

Pour les autres, les amateurs de folk peu au fait du dossier Neil, ils auront de quoi apprécier l’intimisme, mais surtout la rudesse du disque. Trente-trois minutes, une guitare acoustique, une voix, un harmonica, un piano sur la dernière piste, un homme engagé. Seul du début à la fin. Et pas une seule fausse note. Une très belle performance, encore plus étonnante lorsqu’on sait que l’album a été enregistré en moins d’un jour.

David Trotta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :