QUAND LE VIOLONCELLE SE PREND POUR UNE GUITARE

Le duo de violoncellistes 2Cellos, qui a fait sensation sur le web avec sa reprise d’un tube d’AC/DC, sort un premier best of. Concept intéressant. Mais long.

David Trotta

Leur reprise de Thunderstruck a été visionnée près de 60 millions de fois. Deux violoncellistes, habillés baroque, entament leur représentation. Rien d’exceptionnel jusqu’à ce que le riff d’Angus Young surgisse, et que le concerto prenne une dimension hard rock.

Car 2Cellos, c’est bien ce concept. Reprendre certains des plus grands tubes du monde rock pour les adapter en version pour deux violoncelles. Après trois albums studios, ils sortent cette année leur première compilation Discover. Mais problème. Si le concept est intéressant, et les vidéos plutôt drôles, on a peine à prendre le tout au sérieux jusqu’au bout. Des morceaux de ci, de là, oui. Un album complet, non.

Concernant le performance, rien à redire. Les deux musiciens sont à l’aise et maîtrisent leur instrument à la perfection. Et ils sont même souvent bluffants de dextérité. La recherche sonore est également à saluer. Quand le violoncelle se fait entendre, on s’approche bien d’une guitare grâce au toucher du duo croato-slovène. Au moment où ils s’amusent à dénaturer le son, en y ajoutant par exemple un effet disto, on s’y tromperait même.

Sur certains titres, comme Highway to Hell, aussi d’AC/DC, 2Cellos prend parfois le parti de jouer au groupe, avec batterie et basse. Ici, ils s’amusent même à inviter le shredder Steve Vai. Même impression sur les morceaux live, comme Purple Haze de Jimi Hendrix. Plutôt intéressant. Pour le moins, l’oreille se dresse.

Les propositions des artistes sont bien plus fortes lorsqu’elles sont introduites par des « classiques ». C’est par exemple le cas de The Trooper d’Iron Maiden, qui commence par Guillaume Tell de Rossini, ou Whole Lotta Love de Led Zeppelin qui débute avec la fameuse Cinquième Symphonie de Beethoven. Assez astucieux, et à chaque fois bien amené.

Et c’est peut-être précisément là le problème. Les détournements ont bien plus de corps quand le duo emmène autre part comme avec Smells Like Teen Spirit de Nirvana. Dont la réinterprétation ne reste pas figée sur l’original. Malheureusement, la plupart du temps, 2Cellos préfère reproduire presque à l’identique les morceaux sélectionnés. Mais une fois le charme de la découverte passé, les morceaux s’enchaînent, et deviennent vite lassants.

A noter enfin que ce concept n’est pas nouveau. D’autres avant 2Cellos se sont déjà illustrés dans le genre, comme le quatuor Apocalyptica dont le premier album, sorti en 1996, est une compilation de réinterprétations de titres de Metallica. Et à quatre, il est évidemment plus facile de réussir à combler la manque d’instruments. A deux, ce manque à combler est à certains moments trop important.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :