« C’ÉTAIT PLEIN DE JUNKIES QUI SE SHOOTAIENT »

Master of Puppets, l’un des plus grands tubes de Metallica sortait il y a trente ans. Le morceau phare, qui a donné le titre à l’album, est aussi l’un des plus célèbres hymnes rock anti-drogue.

David Trotta

C’est le 3 mars 1986 que Metallica sort son troisième album studio, le phénomène Master of Puppets. Marque de fabrique du groupe, le nom est aussi celui de la deuxième piste. Un morceau parmi les plus célèbres de la planète rock. Pour les paroles, James Hetfield, chanteur, guitariste rythmique et fondateur du quatuor, choisit d’aborder un thème fort: la drogue.

« Master of Puppets parle de drogue. De la façon dont les choses s’inversent: au lieu de contrôler ce que tu prends et ce que tu fais, c’est la dope qui te contrôle. Tu vois ça partout: je suis allé à une soirée à San Francisco il y a pas longtemps, et c’était plein de junkies qui se shootaient », livrait Hetfield dans une interview du magazine Trasher, et réutilisée en 2004 par Joel McIver dans METALLICA Que justice soit faite!

Les références à l’addiction et à leurs effets sont claires et constantes dans Master of Puppets. A commencer par le nom de la chanson, ‘Le marionnettiste’ en français. Mais ce sont surtout les pré-refrains et refrains qui abordent le thème de la façon la plus brutale:

« Taste me you will see / More is all you need / Dedicated to / How I’m killing you »
Goûte-moi et tu verras que tu en voudras toujours, consacré à la façon dont je te tue

« Come crawling faster / Obey your master / Your life burns faster / Obey your master »
Viens en rampant plus vite, obéis à ton maître, ta vie se consume plus rapidement, obéis à ton maître

Et les couplets ne sont pas en reste. De nombreuses phrases chocs sont lancées par les râles de Hetfield, et appuyées par les sons tranchants des guitares, de la basse et de la batterie.

Au-delà du thème abordé, Master of Puppets s’est aussi imposé par son orchestration. Long de presque 9 minutes, le morceau est scindé en trois parties, dont une transition qui a beaucoup fait parler d’elle. Au coeur d’un titre trash par excellence, une partie calme et sans effets de sons vient couper Master of Puppets à mi-chemin. Elle fait place à une mélodie égrainée par le soliste Kirk Hammett, puis un premier solo réalisé par James Hetfield, un fait plutôt rare, avant d’enchaîner sur le solo principal et revenir à la structure de base.

Malgré une critique acerbe et ouverte, la plupart des membres de Metallica ont été confrontés à la drogue. C’est principalement le cas de Kirk Hammett. Un fait notamment abordé dans le documentaire de 2004 Some Kind of Monster, réalisé dans le cadre de l’enregistrement de l’album St. Anger.

A noter également que Master of Puppets, l’album, est le dernier sur lequel apparaîtra le bassiste Cliff Burton. Il décédera quelques mois plus tard, le 27 septembre, dans l’accident de bus du groupe sur les routes de Suède alors que Metallica était en pleine tournée européenne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :