À FLEUR DE KURT

Les inédits de Kurt Cobain sont arrivés ce matin [vendredi 13 novembre 2015] dans les bacs. Comme annoncé, l’album offre un vision au plus proche de l’artiste. Son Journal remis au goût du jour par 31 enregistrements réalisés à domicile, entre pistes de travail, démos et tests sonores.

Par David Trotta

Ils avaient été annoncés en marge de la sortie du documentaire réalisé par Brett Morgen sur l’icône grunge Kurt Cobain. Sortis ce matin, ses inédits, Kurt Cobain – Montage of Heck: The Home Recordings, plongent dans l’intimité de l’artiste.

Et intime, c’est ce que le réalisateur promettait en expliquant sa démarche et les contacts qu’il avait eus avec l’ex de Cobain, Courtney Love. Ayant eu accès aux objets personnels du leader de Nirvana, Brett Morgen tombe sur une mine d’or: plusieurs dizaines d’heures d’enregistrements sur cassettes réalisés par Kurt Cobain en personne à son domicile.

Malgré la qualité sonore, très médiocre, comme on se l’imagine à l’idée d’écouter des pistes datant des années 1980 enregistrées sur un vieux magnétophone, le toucher et le son restent fidèles au personnage. Ainsi, sur des titres tels que Sappy, What More Can I Say ou Burn The Rain, c’est bien le compositeur charismatique de l’ancien combo grunge Nirvana qui s’exprime. Les sons sont souvent lourds, joués à la guitare électrique clean sur les couplets puis à la disto ou à la fuzz sur les refrains. Idem pour la voix, qui rappelle le plus souvent l’étrange Something in the Way, paru en 1991 sur Nevermind. Et même des reprises telles que And I Love Her des Beatles, prennent une dimension radicalement noire par l’atmosphère qu’impose Cobain.

A souligner également les nombreuses pistes où l’artiste se contente de hurler, de respirer ou de capturer le chant des oiseaux. Tout comme les quelques confidences auxquelles Kurt Cobain se livre, comme dans une forme de journal intime. Il y évoque notamment ses premières expériences psychotropes, ou comment il a tenté de mettre fin à ses jours bien avant le funeste 5 avril 1994.

Âmes sensibles s’abstenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :